Recherche

Rencontre avec Catherine Sevestre-Loquet



En 2009, Catherine Sevestre-Loquet a publié un premier livre aux Éditions Charles Corlet – Histoires mystérieuses des marais de Carentan –, et depuis elle a écrit deux polars historiques, un roman mettant en scène des Vikings dans la Normandie moyenâgeuse et un livre pour enfants. C'est une collaboration qui fonctionne bien et, en conséquence, nous avons voulu faire meilleure connaissance avec elle et partager cette rencontre avec le public.

Elle travaille à l'École supérieure de professorat et d'éducation (ESPE) de Caen, où elle est chargée d’études documentaires,. Parallèlement, elle s’est consacrée, jusqu’en 2006, à l’étude de la littérature de jeunesse sous la forme d’articles et de critiques d’ouvrages dans une revue spécialisée destinée aux enseignants. Sa première aventure avec l'écrit est un essai, Le roman des contes, publié en 2001 au CEDIS Éditions, puis elle se tourne vers la fiction historique. 

Dans ses romans et nouvelles on retrouve ses trois grandes passions : les marais de Carentan (elle a grandi à Isigny-sur-Mer, au seuil des marais de Carentan dont sa famille est originaire depuis de nombreuses générations), le Moyen Âge (le début du XIIIe siècle en Normandie après la conquête de celle-ci par Philippe Auguste) et les chevaux.
Après Histoires mystérieuses des marais de Carentan (2009), les lecteurs ont découvert ses talents dans un tout autre genre, le polar historique, avec des énigmes policières menées par Richard de Lison, un personnage qui a réellement existé, d'abord dans Le loup des ponts d’Ouve (2010) et ensuite dans Le prieuré des ténèbres (2013). Catherine Sevestre-Loquet a également publié aux Éditions Charles Corlet L’histoire de Bibi (2011), un album dédié aux animaux abandonnés au moment des vacances, et enfin L’enfant du crépuscule, 1057 en Normandie (2011).

Est-ce que vous vous considérez comme un auteur normand, ou plutôt un auteur français dont les récits ont lieu en Normandie ?
« Auteur normand »… non. (L'éditeur ne va pas être content !). Je suis viscéralement attachée aux marais du Cotentin, mais peu m'importe qu'on soit en Normandie, en Bretagne ou ailleurs. S'il faut choisir une origine ou une nationalité, plutôt auteur français dont les récits se situent en Normandie, du moins ceux qui sont publiés. Pourquoi ? Peut-être mon éducation jacobine… et surtout que je ne comprends pas cette différence. Si j'écris un polar dont l'action se déroule en Roumanie, dira-t-on que je suis un auteur roumain ? 

Qu'est-ce qui vous a poussé à écrire votre premier livre ?
Dans le domaine de la fiction, rien de conscient puisqu'après plusieurs tentatives inachevées, je m'en croyais incapable. Et puis, il y a eu un déclic : le retour au pays après une très longue absence et une jeunesse uniquement tournée vers la ville et Paris. La splendeur de la nature, l'immensité du marais de Carentan, la sensation de liberté associée aux souvenirs d'une enfance vécue « la bride sur le cou ». Ainsi, les ruines du château de la Rivière, au cœur du marais, m'ont soufflé ma première nouvelle. 

Est-ce que tous vos personnages sont fictifs, ou les basez-vous sur de vraies personnes que vous avez connues (et qui resteront anonymes) ?
Richard de Lison a vraiment existé fin XIIe-début XIIIe siècle. Mais on ne connaît de lui que l'œuvre qu'il nous a laissée et qui laisse deviner, outre une immense culture, une personnalité atypique pour son époque. À partir de cela, j'ai évidemment pris beaucoup de libertés pour créer le personnage de Richard. Quant aux autres personnages, je n'ai jamais cherché sciemment à les calquer sur des gens que j'ai connus ; mais un auteur met forcément, consciemment ou inconsciemment, un peu des autres et beaucoup de lui-même dans ses personnages.
Par ailleurs, je parle de Richard de Lison dans un entretien qu'on peut trouver sur Youtube lors du salon de livre de Bayeux. 

Vous êtes auteur de polars et de livres pour enfants : les deux ne sont-ils pas incompatibles ?
Je n'ai écrit et dessiné qu'un seul album pour enfants : sur un sujet qui me tenait à cœur, un texte écrit pour des enfants de maternelle-CP, quand je faisais des classes lectures. Pour la compatibilité ou non avec le polar, aux lecteurs de juger !

Qui est votre auteur préféré ?
J'ai eu plusieurs auteurs préférés car les goûts changent au fil du temps. Je suis incapable de choisir entre Barbey d'Aurevilly, Emily Brontë, Robert Lewis Stevenson, B. Traven, H.P. Lovecraft, Truman Capote... S'il en faut un, disons Barbey d'Aurevilly, car depuis l'adolescence j'aime tous ses livres, sans exception.

Si vous vous retrouviez sur une île déserte, quel est le livre que vous seriez heureuse d'avoir avec vous ?
Là aussi il est difficile de répondre. Les Hauts de Hurlevent (Brontë), Le trésor de la Sierra Madre (Traven) ou L'ensorcelée (Barbey d'Aurevilly) ? Les Hauts de Hurlevent sans doute, que depuis l'âge de 13 ans je lis et relis à l'infini.
Toutefois, sur une île déserte, à un livre je préférerais encore la musique (mais oui !) : Le voyage d'hiver de Schubert chanté par le grand baryton Hans Hotter, d'abord (je tiens beaucoup à l'interprète ; Le voyage d'hiver chanté par un ténor perd tout son sens) ; et puis La passion selon saint Matthieu, de Bach. Sans oublier Tallis et Palestrina.

Avez-vous de nouveaux projets d'écriture en préparation ?
Le troisième opus des aventures de Richard. Toutefois, ayant repris le travail à temps plein avec plus de responsabilités, j'ai moins de disponibilités qu'avant !

Allez-vous faire des dédicaces dans l'avenir ? 
Je suis toujours heureuse de rencontrer le public. Pour l'instant, j'ai trois dédicaces prévues :
- le samedi 5 avril : la Maison de la presse Carentan,
- le samedi 13 avril : le salon de Lisieux le 13 avril,
- les 14 et 15 juin : le salon de livre de Sainte-Mère-Église.




Pour découvrir cet auteur (normand), nous vous invitons à lire l'un des ouvrages suivants :